Back to Top
 

bandeau logo2Picto datadocke

 

telcontact 

Les Posts de Stan

L’andragogie, le socle de notre blended learning

 

 

À la fin des années 60, Malcom Knowles a popularisé le terme « d’andragogie » en proposant une théorie sur la motivation de l’apprentissage des adultes.

Ses travaux l’ont conduit dans les années 90 à proposer des principes d’apprentissage repris par la suite par plusieurs auteurs : Boufettal, Hermas, Mouatacim, Noun et Samouh.

 

1- L’apprentissage correspond à ce que le stagiaire veut.

2- L’apprentissage est participatif.

3- L’apprentissage repose sur des expériences vécues.

4- L’apprentissage s’accompagne de réflexion.

5- L’apprentissage repose sur le respect du stagiaire.

6- L’apprentissage se déroule dans une atmosphère de confiance.

 

À cela nous ajoutons deux idées qui, par expérience, nous montrent leur influence sur la qualité des formations.

  1. L’apprentissage se bonifie dans un lien relationnel de qualité entre formateur et stagiaire.

 

Souvenez-vous de vos expériences scolaires. Quels étaient les résultats des matières où vous n’aviez aucune affinité avec le professeur ?

La relation et la posture du formateur restent un atout privilégié pour la transmission des savoirs. Nous pouvons en faire un principe à part entière ou l’inclure dans le « respect du stagiaire » mais il est essentiel d’en tenir compte.

 

L’autre point que nous considérons avec importance est l’esthétique.

  1. L’apprentissage est facilité par l’esthétisme de l’environnement.

 

À travers les expériences des usines de Hawthorne, entre 1927 et 1932, Elton Mayo a montré qu’en rendant l’environnement de travail plus lumineux, les ouvrières étaient plus productives. Ce constat se vérifie au fil des années et l’apprentissage étant une activité parmi d’autres, un environnement esthétique va le rendre plus performant.

 

 Formation by OptimChez Optim Ressources, nous appliquons ces principes d’apprentissage à notre cursus managérial. La technologie ayant fait son chemin, nous les intégrons dans une approche dite Blended Learning. Une partie de la formation se fait sur ordinateur, en e-learning, une autre en présentiel. Ainsi, nous appliquons ce que nous préconisons ; nous considérons que pour toute formation centrée sur la relation, le lien entre les stagiaires et le formateur reste indispensable.

 Nous soignons la forme de nos e-learning afin que les stagiaires vivent une expérience client. Après avoir testé de nombreuses offres du marché, nous avons choisi une approche qui lui permet de se retrouver dans un univers web « one page », la tendance du net depuis maintenant quelques années. Ainsi nous ne sommes pas limités par un modèle prédéfini, horizontal, qui n’offre pas de vue d’ensemble. Les nombreux thèmes disponibles sur le marché et utilisables pour la construction des pages nous permettent un design très agréable.

 

Le contenu d’une leçon se présente sur une seule page. Le stagiaire navigue pour découvrir les vidéos, les quizz, différentes formes d’exercice, des messages en cliquant ou en passant la souris sur une zone de la page...  

 

Les possibilités de présentation sont quasiment illimitées et l’apprentissage devient une activité ludique en plus d’être esthétique.

Les mots ne remplaçant pas l’expérience, vous pouvez découvrir le programme des 4 modules que nous proposons dans notre cursus managérial à l’adresse e-optim.com.

Nos clients mettent en avant l’intérêt d’avoir cette première étape, qui donne les grandes lignes du sujet annoncé. Ils arrivent en salle avec une première couche de connaissances, tel un apprêt sur un mur qui attend un finissage à réaliser collectivement.

 Les conditions sont ainsi réunies pour favoriser les partages d’expériences, les expérimentations et les rencontres entre pairs, en salle. Ces échanges ajoutés aux apports vus en e-learning favorisent une prise de recul sur les pratiques de chacun et un apprentissage en douceur. La formation s’inscrit dans le temps, à un rythme en partie choisi par le stagiaire et s’ancre plus profondément dans de nouvelles pratiques opérationnelles.

 

2
La mise à plat des représentations, ou le couteau ...
 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
vendredi 3 avril 2020

Image Captcha